La Banque Centrale Européenne contribue à la relance de l’euro

La Banque Centrale Européenne contribue à la relance de l’euro

L’euro gardait un cap ascendant face au dollar mercredi. L’élan pris par l’euro depuis quelques jours se confirme encore aujourd’hui avec une nette hausse face au dollar. Après des signaux de regain d’inflation en Europe, l’euro n’a cessé de grimper, tandis que le dollar peinait à trouver sa voie à travers des indicateurs mitigés.

Une heure avant minuit (heures de Paris), l’euro termine sa lancée à 1,1270 dollar après avoir frôlé les 1,1285 dollar à 16 h GMT, sa plus haute valeur depuis deux semaines. Mardi, à la même heure, un euro ne valait que 1,1152 dollar. Le lundi, un euro dépassait les 1,0924 dollar sur la bourse en ligne.

La monnaie unique européenne prend aussi son envol par rapport à la devise nippone. Elle termine sa course du mercredi à 140,01 yens, avec un pic à 15 h 25 GMT se situant à 140,07 yens. Il s’agit de son plus haut atteint depuis le début de l’année. Mardi dans la soirée, un euro valait encore 138,39 yens.

De son côté, le dollar reprend aussi des galons par rapport à la monnaie nippone. À 23 h GMT, un dollar équivalait à 124,23 yens. Alors que la veille il ne valait que 124,09 yens.

Selon l’un des experts de Commonwealth Exchange, la hausse de valeur de l’euro est due à l’inflation des prix à la consommation pratiquée en Europe. Cette inflation s’est confirmée avec les prévisions de la BCE qui voient encore une hausse des prix pour 2015.

Chez Daily FX, on explique cette montée en puissance de l’euro par le contexte d’inflation qui à force se servira sur les rendements réels. De son côté, le marché obligataire est le plus à craindre aux vues de ces prévisions. Les actifs à taux fixe seront les plus touchés. Ce qui a entrainé la hausse du taux d’intérêt du Bund et par extension, celle de l’euro.

Aux États-Unis, les indicateurs n’aident pas le dollar dans le contexte actuel. Le rapport rendu par l’ISM sur l’indice des directeurs d’achat n’a fait que le mettre en mauvaise posture.

Par ailleurs, les yeux se tournent désormais vers la Grèce qui, normalement, devrait rembourser le Fonds monétaire international (FMI) pour la fin juin… ou pas.

Coté trading en ligne, la volatilité des marchés financiers monétaires profite aux spéculateurs avertis. Il faut, en effet, suivre de près l’évolution des cours, sur UFX markets ou eToro par exemple, et les news pour savoir quoi faire. Prudence donc : s’il y a des affaires à faire, les risques sont également au rendez-vous.

Découvrez donc un réseau de trading spéculatif social eToro, où vous pourrez commenter, analyser et même copier les trades des autres spéculateurs. Une bonne idée en ces temps troublés.

Cliquez Ici